jeudi 13 mars 2014

L'Espoir

Abandonnée, perdue,
Seule, de blanc vêtue,
Si jeune et esseulée,
Elle implore pitié.

Ses mots n'ont pas grand sens,
Étouffés de sanglots.
L'atmosphère, ils encensent,
Tel doit être son lot.

Elle crie, désespère,
Hurle, déchire l'air,
Nourrissant dans le noir,
Un pitoyable espoir.

Soudain, un peu plus loin,
La lumière vient,
Etoile du berger,
Début de voie lactée.

Puis une ombre surgit,
Silhouette familière,
Être qui lui est cher,
Et là, cessent les cris.

Sa voix douce s'élève :
Qu'y-a-t-il, mon enfant ?
Et la douleur s'achève :
Bébé voit sa maman.