lundi 2 mars 2015

Les buveurs de sang


Le soleil est en train de se coucher. Il me faut rentrer absolument. Chaque jour, c’est la même histoire. Vers 16 heures, nous commençons tous à nous préparer pour le chemin du retour. Cela dure depuis maintenant plusieurs mois.
Au début, nous pensions… nous espérions que c’était passager. A la télé, on nous avait conseillé de rentrer chez nous avant la tombée de la nuit pendant quelque temps. Les autorités annonçaient qu’elles allaient très vite éradiquer le fléau en prenant les mesures nécessaires. Nous n'y avons pas vraiment pris garde... C'était comme quand ils nous conseillent un vaccin ou un autre... Qui écoute les conseils de la télé ? On pensait que c'était encore une fausse alerte. C'était aussi crédible que dans les films, quand on dit aux gens de rester chez eux à cause d'une attaque de zombis... 
Et puis, nous avons été de plus en plus nombreux à nous faire prendre... toujours à la tombée de la nuit ou plus tard. L'incrédulité  a fait place à la consternation, l'effroi à la panique. Moi j'ai eu de la chance. Dans mon métier, on commence tôt le matin mais le soir, à 16 heures, tout est terminé. Je ne suis jamais dehors durant la nuit, du coup, j'ai été épargné. Mais autour de moi, la plupart se sont fait piéger. 
Maintenant, on a bien compris qu'à la télé, c'était pas du pipeau. Faut rester chez soi le soir et barricader ses fenêtres !
Ils sont redoutables, se faufilent partout par on ne sait quel moyen, ces sales monstres. J'en ai jamais vu de près, mais il paraît qu'ils sont effrayants. Ce sont des horreurs assoiffées du sang des hommes qui sont capables de voler jusqu'à leur proie... On dit qu'ils ont des yeux épouvantables par leur noirceur, que leurs ailes sombres semblent sorties de l'enfer et que les membres de leur corps immonde sont poilus comme ceux des bêtes sauvages. Cela dit, personne n'a vraiment réussi à les voir d'assez près pour les décrire avec certitude.
Mais voilà, maintenant, notre vie continue le jour, mais le soir, on se protège comme on peut parce qu'on est tous morts de trouille.
On n'a pas envie de les entendre car on connaît tous le bruit qu'ils font ! Ah ça, oui ! On ne peut pas les voir de près, mais on les entend bien... satanés moustiques !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire